Le nez dans le guidon… 

Créer, développer, transmettre : c’est à l’évidence le rythme naturel de l’activité économique et le dessein premier de l’entrepreneur, tout autant que le ferment invariable de la croissance économique ! Frappé au coin du bon sens, le constat tient manifestement de l’évidence ! C’est pourtant l’arbre qui cache la forêt… Car s’il est bel et bien nourri de passion, d’enthousiasme, de dynamisme et apporte in fine plus d’une satisfaction, le chemin du succès ne tient, en effet, guère du long fleuve tranquille, mais davantage du parcours du combattant ! Tous ceux qui, un jour, ont mis le pied à l’étrier de l’expérience d’entreprendre savent combien l’improvisation n’est pas de mise et les embûches nombreuses : près d’un quart des entreprises nouvellement créées cessent leurs activités la première année et, après cinq ans, seule la moitié des entreprises poursuivent leur vie ! Beaucoup de faillites concernent les PME !

Qu’il étonne ou plus vraisemblablement qu’il inquiète, ce constat doit à tout le moins nous interpeller ! Peut-on, pour s’en prémunir, déceler alors les facteurs d’échec ? Classiquement, les lourdeurs administratives, la fiscalité et les charges fiscales et sociales trop lourdes sont souvent pointées du doigt comme frein au développement des entreprises. Mais on ne saurait pour autant occulter la mauvaise gestion ! Le terrain n’apprend pas tout, loin s’en faut ! Même si c’était vrai, toujours en train de courir, souvent en guerre avec son agenda, la tête dans le guidon de ses affaires, l’entrepreneur moderne n’a d’ailleurs pas le temps de gagner ses galons d’autodidacte de la gestion… Et en fin de compte, toutes ces évolutions qui jalonnent la vie de l’entreprise ne devront pas lui faire oublier qu’il vient un moment où il faut lâcher du lest et envisager sereinement sa transmission ou sa cession : aujourd’hui, un dirigeant sur trois a plus de 50 ans ! Inutile de se leurrer : il s’agit d’un processus qui exige une méthodologie spécifique et rigoureuse, aux conséquences importantes, que ce soit sur le plan financier, fiscal, ou organisationnel, particulièrement crucial pour les PME familiales, où l’opération va souvent de pair avec une planification successorale… 

Il ne faut pas s’y tromper : marcher sur la corde étroite du succès, c’est, tout au long des différentes étapes de la vie d’une entreprise, détecter les problèmes, surmonter les difficultés, maîtriser les risques, cerner les bonnes orientations, saisir les opportunités, prendre des décisions, structurer et planifier les investissements, gérer, tout en gardant le contrôle et la prudence nécessaires pour faire face, assurer ses arrières, garder le cap efficacement… Mieux vaut prévenir que guérir ! Et s’il est bien une autre certitude, c’est que cette dynamique doit s’intégrer dans un environnement qui ne cesse de changer. Plus encore : non seulement mouvant, il est incertain, plombé d’incertitudes, de contraintes, de règles du jeu à connaître et à maîtriser, mais également riche en opportunités, génératrices de mille et une questions…