Impact du Brexit pour les experts-comptables et/ou conseils fiscaux

3/02/2017 - IEC - Editorial e-zine n° 5/2017

Chères consœurs, Chers confrères,


Le 1er février 2017, la Chambre des Communes a approuvé l’activation de l’article 50 du traité sur l’Union européenne. La première étape vers une sortie de la Grande-Bretagne de l’UE a donc été franchie. À présent, l’Europe et, par extension, le monde entier, connait la stratégie que la Première ministre britannique Theresa May a adoptée le 2 février.

Toute l’Europe se demande si le Royaume-Uni optera pour un Brexit dur ou un Brexit doux.

Le lundi 30 janvier, un premier rapport a été remis au gouvernement par le Brexit High Level Group, un groupe de travail présidé par le baron Paul Buysse et créé par le ministre Kris Peeters. Selon la presse, ce rapport indiquerait qu’un Brexit dur entraînerait une catastrophe pour la Belgique. Toutes les organisations sectorielles plaident donc en faveur d’un Brexit doux. 

Conséquences pour l’expert-comptable et le conseil fiscal

Par ailleurs, l’IEC a envoyé une note au ministre Kris Peeters avec une analyse de l’impact sur notre secteur. Tant que demeure l’incertitude quant à l’accord commercial, l’IEC ne peut se prononcer au sujet d’un impact direct.

Il est cependant certain qu’une série de conséquences indirectes se feront sentir pour nos professions, mais sans être véritablement négatives. Nous constatons que l’incertitude persistante entraîne un ralentissement de l’activité économique, notamment en termes d’investissements, de rachats et de fusions. Cela exerce bien sûr un impact légèrement négatif sur notre profession.

Mais le Brexit exerce aussi un impact positif sur nos professions : de nouvelles règles s’appliqueront en matière de comptabilité et de fiscalité. Les entrepreneurs et les entreprises qui font des affaires au Royaume-Uni auront certainement besoin de notre expertise. Les entreprises qui ont une maison mère ou une filiale outre-Manche devront aussi tenir compte de l’apparition probable d’autres règles de comptabilité et de contrôle. Pensons par exemple aux rapports financiers détaillés et aux documents similaires.

En matière fiscale, tout dépend de la position du Royaume-Uni, de la Belgique et des autres États membres de l’UE, plus précisément en ce qui concerne les accords commerciaux. La situation sera plus ou moins compliquée en fonction des mesures fiscales du gouvernement. L’impact majeur s’exercera sans aucun doute en matière de fiscalité indirecte.

Comme vous le constatez, de nombreuses incertitudes entourent encore le Brexit. Nous suivons l’évolution de près et ne manquerons pas de vous informer dès que nous en saurons davantage.

Salutations confraternelles,


                        Bart Van Coile                                                                              Benoît Vanderstichelen
                        Vice-président                                                                              Président

Thématiques:
Mots-clés: